Images ou photos historiques

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Sam 8 Fév - 10:13

Qui c'est ?


_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Sam 8 Fév - 11:26

c'est pas moi ! (je sais c'est encore une reponse inutile mais j'aime bien ça moi ! Laughing )

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Sam 8 Fév - 11:27

Et non  lol! 

_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Proximo le Sam 8 Fév - 19:10

Lannes a écrit:Qui c'est ?


Charles Peguy

Proximo
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 1282
Age : 43
Localisation : Troyes
Date d'inscription : 25/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Sam 8 Fév - 19:41

Bien  cheers 

_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Sam 8 Fév - 20:51

comme Peggy la  pig ? bon ok je  Arrow 

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Proximo le Dim 9 Fév - 0:45

Non, comme l'écrivain et lieutenant d'infanterie, tué d'une balle au front (jeu de mot morbide, dsl ...) en 1914.
Pffff... Rolling Eyes C'est ça, cache toi.

Proximo
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 1282
Age : 43
Localisation : Troyes
Date d'inscription : 25/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Dim 9 Fév - 9:57

a chacun sa culture  lol! tout ce que je dis c'est que dans l'cochon tout est bon alors qu'une cochonne elle est juste bonne !
bon ok alors là je  Arrow  vraiment!

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Proximo le Dim 9 Fév - 10:18

El magnifico a écrit:a chacun sa culture  lol! 

T'inquiète! ça n’empêche pas de rester copain (comme cochon  Wink )
Cochon qui s'en dédit!!!

En plus je suis sûr que tu connais Charles Peguy. C'est juste que tu fais ta tête de cochon.
Ok, moi aussi je  Arrow

Proximo
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 1282
Age : 43
Localisation : Troyes
Date d'inscription : 25/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Dim 9 Fév - 18:27

Quelques images des Belges en 1914








_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Dim 9 Fév - 22:37

les attelages de chiens pour tirer les mitrailleuses ont perdurés jusqu'en 40 puisque les chasseurs ardennais ( appeler diables noirs par les allemands) s'en sont encore servis!

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Lun 10 Fév - 21:04

De Jules César au dernier empereur romain


_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Lun 10 Fév - 21:24

et avec ça t'arrive a acheter quoi?

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Mer 12 Fév - 10:22

Opération Fortitude


_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Proximo le Mer 12 Fév - 10:42

Moi j'aime bien celle-là.

Proximo
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 1282
Age : 43
Localisation : Troyes
Date d'inscription : 25/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Invité le Mer 12 Fév - 22:20

tien des irakiens....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Jeu 13 Fév - 12:23

Le Siège d'Acre en 1291
Navires croisés attaquant le flanc droit du camp Mamelouk.


_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Jeu 13 Fév - 22:38

sympa et pas courante comme image

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Celtic Marvellous Boy le Jeu 13 Fév - 22:51

Tout à fait, au Moyen âge aussi il y eut des combats navals.

Celtic Marvellous Boy
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 8387
Age : 41
Localisation : Ireland
Date d'inscription : 19/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Ven 14 Fév - 15:49

oui mais là c'est surtout un support naval pour un siege c'est different

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Dim 16 Fév - 9:30

Le Char Celt

Les Celtes ont été des fabricants de chars réputés ; le mot français char vient d’ailleurs, du gaulois karros qui a la même origine indo-européenne que le latin classique currus et l'a d'ailleurs supplanté en latin populaire. Les chars jouent un rôle important dans la mythologie celtique irlandaise, notamment auprès du héros Cúchulainn.

Les chars celtes à deux roues de la période de la Tène (à quatre roues lors de la Civilisation de Hallstatt) sont attelés de deux chevaux et font à peu près deux mètres de large sur quatre de long. Les jantes en fer sont probablement une invention celte. Excepté les jantes et les pièces de fer de la nacelle, les chars sont fabriqués en bois ou en vannerie. Quelquefois, des anneaux de fer renforcent les attaches. Les Celtes apportent une autre innovation, l’essieu libre, suspendu à la plate-forme par des liens. Les chars celtes sont ainsi bien plus confortables sur un terrain irrégulier (d’après Tacite, Annales, XIV, 35).

Les Bretons insulaires utiliseront les chars de guerre jusqu'au IIIe siècle après J.-C. Le char breton était maniable et permettait aux Bretons de combiner l'agilité de l'essedaire (« conducteur du char », nom venant du gaulois latinisé esseda désignant le char celtique) à la solidité du fantassin. En effet, le char breton comportait toujours deux passagers : un conducteur et un combattant. Le combattant n'hésitait pas à mettre pied à terre pour affronter l'ennemi tandis que le conducteur du char se tenait prêt à le récupérer, pour ensuite prendre la fuite si nécessaire. Cette stratégie du char de guerre fut notamment utilisée par les Bretons contre César en 55 avant J.-C., lors de ses expéditions dans l'Île de Bretagne.



_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Lun 17 Fév - 10:47

Rome sous l'Empire


_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Lun 17 Fév - 13:54

Pour ceux qui aiment l'Histoire Romaine en mars et avril deux livres sortent

Celui de Yann le Bohec bien connu



Pierre Cosme


_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Lannes le Mar 18 Fév - 11:51

Le XIVe siècle vit l’apparition de la première armée proprement nationale, ou, si l’on préfère, la première armée populaire. Il s’agit de l’armée suisse, qui était composée de paysans libres et de bourgeois des villes. Tous les Suisses de sexe masculin physiquement aptes au service étaient soumis à la conscription et pouvaient porter des armes. Toutefois, en pratique, l’armée ne se composait que de volontaires, le nombre de soldats fournis par chaque canton étant proportionnel à celui de ses habitants. De plus, on recrutait par conscription les jeunes gens particulièrement forts et valides pour en faire des piquiers.



Le principe de la conscription générale, dans un pays d’à peine plus de 500.000 habitants vivant presque exclusivement d’une agriculture de subsistance, ne pouvait manquer avoir des répercussions à la fois sur la stratégie et sur la tactique. Le fait de maintenir ne fût-ce que 4 ou 5% de sa population masculine sous les armes représentait un fardeau qu’un pays comme la Suisse pouvait difficilement supporter pendant une longue période. Il fallait labourer la terre et s’occuper du bétail. Aussi les hommes ne pouvaient-ils servir que pendant des périodes relativement courtes. C’est pourquoi les armées suisses ne s’engageaient jamais dans une guerre d’usure : il leur fallait anéantir rapidement l’adversaire. En tant que formation tactique, elles recouraient à l’ancien groupement germanique en carré, constitué selon la parenté et la commune ; mais, en cas de bataille, cette formation ne pouvait se contenter de disperser l’ennemi ; l’objectif des milices suisses était donc d’empêcher par tous les moyens l’adversaire de récidiver. Comme il leur ait lstrictement interdit de faire des prisonniers, tout homme tombant aux mains des Suisses était froidement massacré. Et, bien que les Suisses s’intéressassent fort au butin, ils prêtaient serment de ne pas dépouiller les cadavres de leurs ennemis avant que la bataille fût terminée par une victoire. En effet, tant la capture de prisonniers que le pillage faisaient perdre du temps et différaient l’issue de la bataille ; pour cette raison, les hommes coupables de l’une l’autre de ces actions passaient en cour martiale, où ils étaient, au minimum, condamnés à avoir un bras coupé à l’épée, mais où il arrivait aussi que les juges rendissent sentence de pendaison ou de décapitation. Pendant les guerres de Bourgogne, une petite ville qui offrit quelque assistance aux Suisses vit sa population entière – hommes, femmes et enfants – exterminée sans miséricorde. La garnison d’un château fut précipitée dans le vide du sommet d’une des tours, et ceux qui avaient réussi à se cacher furent ligotés et jetés vivants dans un lac voisin.

Le centre des formations militaires suisses consistait en hommes armés légèrement, équipés de haches longues ou courtes et de petites épées. Ils étaient entourés de plusieurs rangées de piquiers, dont le rôle était de battre en brèche les lignes des attaquants. Les arbalètes et, plus tard, les armes à feu jouaient un rôle mineur, car les Suisses cherchaient à engager aussi vite que possible un corps à corps avec l’ennemi : pour cela, il est évident que les hommes armés d’épées, de piques et de haches jouissaient d’un grand avantage. L’excellente coordination de leurs armes de combat rapproché conférait aux Suisses, sur le champ de bataille, la vigueur et la fermeté qui avaient toujours fait défaut aux troupes à pied de l’armée féodale au cours des siècles précédents. Face à une formation suisse, les cavaliers ennemis étaient arrêtés par les piques, et cela suffisait à empêcher ceux qui se trouvaient derrière eux d’avancer. Ceux que les chevaliers du Moyen Age appelaient avec mépris les « valets » (en Italie i fanti, d’où découle le mot  « fantassin ») constituèrent, avec la stratégie suisse, une « infanterie » à part entière, et celle-ci devint une « arme » aussi importante que les autres sur tous les champs de bataille d’Europe.

C’est grâce à elle que les Suisses affirmèrent leur indépendance. En 1231 et 1240, l’empereur Frédéric II exempta de toute charge féodale (sauf celles qui étaient dues directement à la couronne impériale) les cantons d’Uri et de Schwyz. Ceux-ci, rejoints par Unterwald, signèrent en 1291 au Grütli « l’alliance éternelle » par laquelle ils juraient de se soutenir mutuellement. Après la fin de la dynastie des Hohenstaufen, qui fut suivie d’un interrègne marqué par un certain désordre, Rodolphe de Habsbourg se fit élire roi d’Allemagne et ceignit la couronne du Saint Empire romain germanique. Cette ascension des Habsbourg représentait pour les Suisses une menace formidable. En 1315, ils réussirent à attirer dans une embuscade le duc Léopold de Habsbourg : celui-ci se trouva pris avec son armée féodale dans un étroit défilé surmonté des deux côtés par des rochers abrupts, à Morgarten, près du lac d’Aegeri et non loin du lac des Quatre-Cantons. Les Suisses déversèrent sur les forces des Habsbourg une avalanche de rochers ; Léopold avait eu l’imprudence de ne pas se faire précéder par une avant-garde et il tomba dans le piège. Une fois que les éboulements eurent joué leur rôle meurtrier, les Suisses descendirent et massacrèrent tous les survivants.

Si Morgarten fut un éclatant succès, ce n’était pas encore une véritable bataille d’infanterie ; mais le triomphe fut suffisant pour que Zurich, Zoug, Glaris, Berne et Lucerne adhérassent à la ligue. Systématiquement, les huit cantons entreprirent alors d’expulser les Habsbourg.



Un autre Léopold, neveu de celui qui avait été défait à Morgarten, décida de prendre une revanche. Avec une armée de 4.000 hommes, il partit en guerre contre l’armée suisse, qui comptait alors quelque 6.000 soldats. Au lieu de se diriger, comme on s’y attendait, vers Zurich ou Lucerne, il avança le 9 juillet 1386 dans la direction de Sempach, une petite ville située à quelques kilomètres au nord de Lucerne, qui avait autrefois appartenu aux Habsbourg mais s’était jointe à la Confédération en même temps que Lucerne elle- même. Léopold de Habsbourg rassembla ses troupes près du lac de Sempach et mit le siège devant la ville, puis il alla à la rencontre des Suisses, qui apparurent, venant d’un sommet d’un monticule abrupt. Les chevaliers autrichiens mirent pied à terre et essayèrent de gravir la colline tandis que leurs arbalétriers tiraient sur les Suisses et leur causaient beaucoup de pertes. Le duc Léopold se lança lui-même dans la bataille, car il s’imaginait avoir en face de lui le gros des troupes suisses et il voulait en finir vite ; mais il ne s’agissait que d’une avant-garde, et le gros des forces suisses apparut soudain au nord, avançant rapidement et pénétrant dans le flanc de l’armée autrichienne. Le nom d’Arnold de Winkelried, qui dirigeait ce contingent et est censé s’être sacrifié pour ouvrir une brèche, est légendaire. Les chevaliers autrichiens qui avaient pied à terre furent littéralement balayés par la violence de l’attaque suisse ; Léopold et une grande partie de ses soldats furent tués sur-le-champ. Ainsi Sempach confirma ce que Courtrai avait démontré : l’infanterie pouvait vaincre la cavalerie féodale. Entre-temps, la bataille de Laupen (1339) avait prouvé que les formations en carré des Suisses pouvaient avoir raison de chevaliers. Embuscade meurtrière à Morgarten, victoire des fantassins sur les cavaliers à Laupen, victoire en terrain découvert sur une armée de chevalier à Sempach : les jours de la chevalerie médiévale étaient comptés.

Ayant ramené les Autrichiens à la raison, les Suisses reprirent l’offensive contre la Souabe et démontrèrent à nouveau que leur infanterie était invincible. Ce fut un moment décisif dans l’histoire militaire du Moyen-Age. Les Suisses reçurent une foule de propositions de la part des diverses puissances qui voulaient louer les services de leur soldats. La première levée de troupes qui eut lieu en Suisse pour répondre à une telle demande se fit en 1424 : la république de Florence offrait de payer 8.000 florins rhénans en échange des services de 10.000 hommes pendant trois mois. A la fin du siècle, le montant des offres s’était élevé à tel point que toute l’armée suisse se transforma en troupes mercenaires. Mais, à la différence des autres, les contingents suisses n’étaient pas composés de soldats de fortune ; ils venaient en droite ligne de leurs cantons et de leurs commune. A longue échéance, la saignée que représentait ce service pour les Suisses devint trop forte et la Confédération ne fut plus en mesure de la supporter.

Néanmoins, elle conserva la suprématie sur les champs de bataille de l’Italie septentrionale et de la Bourgogne pendant plus d’un siècle. Mais les Suisses négligèrent les nouveaux développements en matière d’armements et de méthodes de combat ; par exemple, ils remarquèrent à peine l’avènement de la cavalerie légère, l’amélioration des mousquets et la mobilité accrue de l’artillerie de campagne.

Ils s’en tenaient obstinément à leurs anciennes méthodes. Avec 10.000 ou 15.000 piquiers, ils étaient prêts à attaquer n’importe quel effectif de cavalerie ; et ils y réussirent en effet jusqu’au jour où ils se heurtèrent aux lansquenets, qui, eux, avaient fait la synthèse des techniques suisses et des récents développements militaires que les Suisses avaient ignorés. Les lansquenets, par exemple, n’avaient aucune objection contre la guerre d’usure que pratiquaient leurs commandants et que les Suisses refusaient de mener. Lors des combats entre Charles Quint et François ler pour la possession de la Lombardie, les Suisses abandonnèrent purement et simplement le champ de bataille parce qu’ils étaient las des manœuvres perpétuelles des deux armées conformément à leur tradition, ils attendaient un engagement décisif pour en finir ; celui-ci ne se produisant pas, ils quittèrent la partie.

En 1522, lorsque le maréchal français de Lautrec recruta à nouveau 16.000 Suisses, ceux-ci exigèrent que l’ennemi fût défait à coups de pique et d’épée. L’armée de Charles Quint était commandée par un Italien, le capitaine Prospero Colonna, et consistait en 19.000 hommes, partie fantassins espagnols commandés par Pescara, partie lansquenets allemands commandés par Georg von Frundsberg. En avril, les forces impériales avaient pris position dans un petit relais de chasse, le château de Bicocca (« la Bicoque »), au nord-est de Milan. Colonna avait construit un réseau compliqué de fortifications, de tranchées interconnectées et de remblais, qui rendait une attaque directe sinon impossible, du moins fort risquée. Le maréchal de Lautrec n’avait aucune intention de s’y lancer : ayant pour lui la supériorité numérique (il commandait 32.000 hommes), il comptait obliger Colonna, à force d’escarmouches, à abandonner ses positions. Mais ce projet provoqua une véritable mutinerie chez les Suisses : si on ne leur ordonnait pas de passer à l’attaque, ils menaçaient de rentrer chez eux. Instruit par l’expérience de l’année précédente, le maréchal de Lautrec céda. Il avait un autre sujet de préoccupation : la rivalité entre les deux chefs du contingent suisse, Albert von Stein et Arnold von Winkelried (descendant lointain du héros de Sempach). A la bataille de Marignan – où les Suisses avaient été vaincus -, Winkelried avait reproché à Stein d’avoir abandonné prématurément le champ de bataille et contribué ainsi à la défaite ; mais, comme il n’avait pu donner la preuve de ce qu’il avançait, il avait été obligé de faire amende honorable. A « la Bicoque », les deux capitaines s’efforçaient néanmoins de présenter un front uni ; mais c’était Stein et non Winkelried qui insistait surtout pour que l’assaut fût livré immédiatement. Le maréchal de Lautrec dressa ses plans en conséquence : les 16.000 Suisses attaqueraient de front ; le reste de l’armée, composé de Vénitiens et de Français, prendraient les forces de Colonna à revers. Les deux mouvements effectués contre les flancs de l’armée autrichienne auraient lieu pour commencer, puis, une fois que l’ennemi serait occupé à défendre ses ailes, les Suisses pourraient procéder à leur attaque de front. Mais les Suisses n’attendirent pas l’ordre du maréchal et se précipitèrent sur le champ de bataille de leur propre initiative. Au prix de lourdes pertes, ils s’emparèrent de la première tranchée creusée par les troupes de Colonna et réussirent à abattre une partie du remblai ; ils se heurtèrent alors à une forêt de piques tenues par les lansquenets allemands, tandis que les mousquetaires espagnols les soumettaient à un feu roulant. Les Suisses résistèrent bravement et Winkelried voulut même provoquer Frundsberg en combat singulier, mais celui-ci ignora le défi, et le capitaine suisse fut tué tandis qu’il essayait de se frayer un chemin au milieu des troupes autrichiennes. Un véritable carnage s’ensuivit, et les Suisses furent finalement obligés de se retirer en laissant sur le champ de bataille 3.000 cadavres, dont celui d’Albert von Stein. La bataille de « la Bicoque » mit un terme à la réputation des Suisses. Quant à celle des lansquenets, elle ne faisait que commencer.

A la suite des humiliantes défaites qu’elles avaient subies pendant les guerres hussites, les forces impériales germa- niques avaient compris qu’il fallait absolument réformer le système militaire existant, et cela d’autant plus que les innovations apportées en France par Charles VII n’étaient pas passées inaperçues. L’événement décisif, à cet égard, fut la bataille de Guinegatte, au cours de laquelle l’armée bourguignonne, composée de fantassins flamands, battit l’armée française le 7 août 1479. Les Bourguignons étaient conduits par l’archiduc Maximilien de Habsbourg, gendre du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, qui avait trouvé la mort deux ans plus tôt à la bataille de Nancy ; c’était à la suite de cela que Maximilien (futur empereur Maximilien 1er) avait recruté des Flamands et les avait entraînés en s’inspirant de la tactique des Suisses. En les enrôlant, il avait beaucoup insisté pour que les soldats destinés à former des unités communes provinssent des mêmes districts : c’était encore une adaptation du système suisse, qui, en veillant à l’identité d’origine sociale de ses recrues, assurait l’homogénéité et le sentiment de communauté de ses troupes. Mais, si Maximilien remporta de la sorte une victoire à Guinegatte, celle-ci n’eut ni conséquences stratégiques ni répercussions politiques, car il ne put poursuivre ses adversaires afin de leur imposer ses conditions, et, comme il était à court d’argent, ses troupes l’abandonnèrent pour rentrer chez elles. Aussi l’archiduc se tourna-t-il vers d’autres territoires et y recruta-t-il des hommes que les Allemands baptisèrent Landsknechte (« serviteurs du pays »), expression d’où dérive le mot français « lansquenet ».

Bien que les lansquenets fussent à certains égards des mercenaires, il serait erroné de leur appliquer ce terme, car ils en différaient tant par leur composition originale que par d’autres particularités. Il fallait, avant tout, que toute la troupe recrutée par ce moyen provint de la même région ; ces soldats d’origine commune constituaient une unité qui demeurait constante, même si elle n’avait pas toujours le même chef. Ce à quoi les lansquenets s’apparentaient le plus, c’étaient aux milices populaires mérovingiennes ; mais celles-ci, depuis le règne de Charlemagne et l’avènement du système féodal, étaient passées à l’arrière-plan et étaient tombées dans l’oubli. Toutefois, en certaines occasions, on avait vu ces milices reparaître : des soldats provenant de la même région se rangeaient sous les ordres d’un chef auquel ils avaient juré obéissance ou qu’ils avaient élu eux-mêmes ; ces soldats avaient leurs propres tribunaux et étaient toujours des hommes libres. On vit ainsi une unité, qu’on peut considérer comme une anticipation des lansquenets, servir en 1276 sous les ordres de Rodolphe de Habsbourg ; mais, après la bataille, les chevaliers décapitèrent les prisonniers que cette unité avait faits sans lui demander sa permission, et elle refusa de renouveler son engagement. Un siècle plus tard, la ville d’Ulm et la ligue des villes souabes recrutèrent une unité de « serviteurs » libres, qui prit le nom de  « Fédération de la liberté », et, depuis lors, ces troupes jouèrent un rôle important dans plusieurs guerres en Allemagne, sous des noms différents et avec des succès divers. Dans le Holstein, on les appelait les « gardes noirs », et, quand ils se mettaient au service de la Hanse, ils devenaient « l’infanterie marine ». La composition de ces unités avait perdu sa pureté originelle et, tout comme les groupes de mercenaires ordinaires, elles recrutaient la lie de la société, y compris des assassins ; mais elles continuaient à observer le code qu’elles s’étaient fixé, et les maraudeurs étaient sévèrement punis par leurs camarades : les peines allaient de l’enchaînement (le coupable était suspendu par les quatre membres à des chaînes) au bûcher.


_________________
Christophe

http://wargamesethistoire.blogspot.fr/
http://bolt-actionww2rules.fr-bb.com/

Lannes
Admin

Nombre de messages : 4767
Age : 48
Localisation : Messon (10 - Aube)
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par El magnifico le Mar 18 Fév - 22:19

un sacre boulot là encore!

El magnifico
Maréchal de France
Maréchal de France

Nombre de messages : 10137
Age : 48
Localisation : troyes
Date d'inscription : 17/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Images ou photos historiques

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:35


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum